Revenir en haut Aller en bas



 
TWOTG a ouvert le 04/08/2019 et 13 membres pour 651 messages, merci à vous ♥️
Bienvenue à Héra notre dernier membre inscrit sur TWOTG.
Bonne chance pour ta fiche Smile
TWOTG te dit bonjour Invité
tu as 13 messages à ce jour merci à Toi d’être sur le forum ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Life is cruel and unjust ... [PV Chak Chel & Zeus]
Kukulcán
Future World Music - MartyrclickChak Chel & Zeus
Kukulcán
« My existence is hardly joy. I lost almost everything. »Après mes retrouvailles avec Chak Chel, j’ai accepté de rester chez elle. Je ne suis pas resté chez moi. Je ne lui ai pas encore dit que je vis dans les quartiers défavorisés. Cela ne fait pas très longtemps que je réapprends à vivre avec quelqu’un avec moi. Après avoir passé des millénaires tout seul.

J’admets que la vie commune à deux m’avait cruellement manqué, surtout en compagnie de celle que j’ai toujours aimée. Même si, ce n’est pas tous les jours faciles. Il ne faut pas croire. Étant en cure de désintoxication, cela me rend bien souvent malade. Et la prise de médicaments en plus des soins de mon ange, n’arrange rien.

Nous devons faire renaître notre couple qui s’était brisé lorsque notre fils a été sacrifié par Itzamna. Ce jour maudit, je ne l’oublierai jamais et peu importe le temps qui s’écoule. Je m’en veux encore, je me sens tellement coupable. Et… Quoi de mieux que de souffrir en silence en ce jour de la fête des Morts ?

Ce jour est très spécial pour nous autres originaire du Mexique. Aujourd’hui, pour la communauté de ce pays, c’est l’une des fêtes les plus importantes et qui existe depuis l’époque des Aztèques. Sauf qu’en ce temps-là, on la célébrait deux fois dans l’année. Une pour les enfants et une pour les adultes. Or maintenant, c’est qu’une fois par année.

Même si cela me détruit de l’intérieur, il n’est pas question de louper les préparatifs pour honorer Bacabs. Je me réveille en gémissant, avec des nausées et envies de vomir. Je roule des yeux. Je regarde Chak Chel. Puis sans le faire exprès, je vomis dans le lit. J’affiche une tête blasée puis m’excuse en nettoyant. Cela se voit que je ne suis pas au sommet de ma forme.

Bonjour toi, bien dormit mon ange ? Prête pour ce jour ? Je ne sais pas si je vais avoir la force de tenir… Pourtant, il le faut.

Je reste pendant un moment avec ma chérie dans mes bras. Je dois prendre mon traitement avant de faire quoi que ce soit. Je grimace à l’idée, mais pas trop le choix. J’ai dit que je voulais m’en sortir, je le ferai. Je le prends en me retenant de vomir. Puis, nous prenons notre douche. Petit déjeuné modeste. Nous nous habillons le plus simple du monde et quittons l’appartement de ma Lune direction la ville, les quartiers ou vivent la communauté mexicaine.

Il y a beaucoup d’effervescence en ce jour festif. Nous en profitons pour nous promener, saluer des connaissances et faire nos achats pour honorer Bacabs et décorer l’appartement de Chak Chel. Nous ferons ensuite un autel en mémoire de notre fils perdu avec des offrandes. Pour que son âme puisse revenir parmi nous. C’est pour cela que la Dia de Muertos est une fête très importante pour nous, mais aussi devenue une véritable attraction touristique dans notre pays d’origine et dans le reste du monde.

Mais c’est également, l’un des rares moments où Kukulkan est représenté sous la forme des cempasuchil ou la fleur de la mort au Mexique. Elle a à la fois une utilisation médicinale, et ce depuis l’époque précolombienne, mais également lors de la Dia de Muertos comme décoration.

Il faut également de l’encense pour chasser les mauvais esprits et du copal qui représente le passage du monde des vivants à l’inframonde. Et en dernier, les plats préférés des défunts qui sont généralement pour les enfants, des têtes de mort en sucre.

J’essaye de faire bonne figure et de ne pas constamment éclater en sanglot. De ne pas montrer ma détresse et ma tristesse face à la perte de mon fils. Surtout que le bute n’est pas de gâcher cette célébration. Alors, j’aide mon amour à faire les achats. Rentrez chez nous pour préparer l’autel ou nous souvenir du fils que j’aurais dû avoir, du fils qui aurait dû grandir avec nous…

Une fois dans l’appartement de Chak Chel. Nous nous mettons au travail pour la décorer, puis accomplir le rituel en mémoire de Bacabs. Et ce moment-là me brise totalement le cœur. Nous devrons chanter et danser. Sauf que je n’ai nullement la tête à ça. Je suis plutôt un dieu brisé et malheureux. Je me retrouve à genoux main sur mon visage à le pleurer toutes les larmes de mon corps.

Mon fils… Tu me manques tellement… J’aurais tant voulu dans mes bras pour te serrer contre moi. Te montrer tout mon amour pour toi et ta mère. À la place, je te pleure pour l’éternité…

Je suis tellement malheureux que cela me rend malade. Je ne peux pas… Je ne peux pas… Je me lève en m’excusant de ne pas pouvoir tenir. D’être un indigne père. Je sors de la salle et pleure à chaude larme. Je tremble comme tous. J’ai du mal à me calmer. Je regarde mon ange en lui caressant la joue et va vomir dans la salle de bain.

À l’approche du soir, Chak Chel et moi commençons un long processus de transformation en Catrina. Autre tradition liée à la Dia de Muertos. Tous les deux, nous nous enduisons de peinture traditionnelle sur le corps et nous nous maquillons le visage sous forme de crâne humain avec des variantes. Nous mettons plusieurs heures à faire ça.

Cette fête est également l’occasion pour nous deux, de sortir avec nos tenues traditionnelles Maya sans que personne ne se pose de question. J’ai toujours la mienne, comme au premier jour. Après un bon moment de tendresse malgré ma profonde tristesse concernant notre garçon avec ma future femme. Je me revêtis de ces magnifiques apparats.

Il s’agit d’une tunique verte et rouge en une seule pièce, elle a des manches courtes doré. Accompagnée d’une ceinture faite avec du tissu et des cordages rouges qui l’entoure celle-ci. Mais qui descends sur chaque côté de ma tunique. Celle-ci se prolonge à l’arrière jusqu’à mes genoux. J’ai une cape par-dessus en deux parties reliées par de plus petites cordes. Elle est posée sur mon épaule.

Je ne possède pas de bas, ce qui fait que mes cuisses et mes jambes sont à l’air libre. C’est le pagne suffisamment long et large qui me cache mes parties intimes. Même lorsque je m’assois. Qu’est-ce que vous croyez, nous n’avions pas de caleçon à l’époque ! Juste en dessous de mes genoux. J’ai des couronnes de plume verte.

Tout comme au niveau de mes poignets. Tout ceci est bien sûr accompagné de bijoux et collier avec des plumes pour rappeler le serpent à plumes. J’ai aussi avec quelques accessoires en ma possession, dont la Dague d’Ix Chel et un poignard Aztèque de sacrifice.

Et en dernier, j’ai ma grande coiffe à plume verte avec une décoration traditionnelle Maya. Le visage est caché par un masque sous forme de crâne sans la mâchoire. On ne voit que ma barbe et mes yeux.

Chak me regarde attentivement et me demande pourquoi, est-ce que je ne met pas de caleçon. J'éclate de rire.

Cette tenue n'en possède pas à la base mon ange, il faut être authentique ! Je ne suis pas un exhibitionniste non plus. Mon intimité ne risque pas d'être vu. Je n'ai pas envie de finir en prison.

Je suis enfin prêt, je donne mon bras à ma bien aimée. Comme la nuit va tomber, nous allons aller faire la fête. Même si, je n’ai pas vraiment le cœur à ça. Mais, cela va me permettre de prendre l’air et faire autre chose que de pleurer.

Nous mettons un certain temps pour arriver sur place. Nous entendons de la musique, des chants. Je tiens le bras de Chak Chel et nous nous melons à la foule présente. Certaines personnes prennent des photos de nous.

Moi, je reste très modeste. Je ne suis pas comme Itzamna à me pavaner ou me faire porter en criant sur tous les toits que je suis un Dieu. J'espère que ce salopard ne va pas venir semer la zizanie comme à sa grande habitude, car je n'ai pas la tête à devoir m'occuper de cet imbécile.  

:copyright:? 2981 12289 0
Kukulcán
Kukulcán
DIEU DE LA CRÉATION & LA DESTRUCTION
« A cham mi. Ni tz'ay! »
Messages : 88
Date d'inscription : 06/08/2019
Age : 33
Jeu 12 Sep - 16:07
Revenir en haut Aller en bas
Chak Chel
CruelI'm lost in this human world. I'm lost n my own pain, my own flech... LIFE IS CRUEL AND UNFAIR!Je me réveille encore embrumé de rêves cruel et dévastateur. Aujourd'hui, "El dia de los muertos" je me sens lourde et insipide. J'ai l'impression que ma présence au près de mon bien aimer ne fait que renforcer son mal être au lieu de le rendre heureux. Mais il n'y a pas que ça. Ce jour si spécial pour nous , c'est le jour où nous pouvons pleurer notre fils mort part la main même qui fut mon époux Itzamna. Je suis là cette fois fidèle au poste. Kukulcan ce réveil à mes côtés et le pauvre vomi dans le lit , il se sent si mal et je ne sais vraiment pas comment lui dire que je me sens autant mal si ce n'est plus.

— Bonjour toi, bien dormit mon ange ? Prête pour ce jour ? Je ne sais pas si je vais avoir la force de tenir… Pourtant, il le faut.

- Oui mon aimé, il le faut, je t'aime !

Essayons de faire bonne figure, il le faut, pour lui pour notre fils, pour notre couple renaissant. Je sens la présence de ce chien dans ma chaire et mon sang, et avant que mon aimé et moi partions prendre une bonne douche, je changeais les draps en tremblant. Une fois le lit fait, les draps en train de laver dans la machine et notre douche prise, je préparais un petit-déjeuner pour tenir. Nous avions prévu d'aller en ville pour acheter tout ce qu'il nous faut pour la soirée. Je cache le fait qu'en vérité je m'empiffre derrière son dos. Je déjeune avec lui sans rien dire en essayant d'avoir le sourire puis c'est à mon tour d'aller dans la salle de bain vomir prétextant d'aller aux toilettes.

Nous passâmes notre matinée dans le quartier mexicain à acheter tout plein de chose pour l'autel en l'honneur de Bacabs, mon petit amour, mon petit soleil parti trop tôt. Nous avions pris aussi des pentures corporelles et tout ce qu'il fallait affin d'honorez la fêtes des morts. La plus importante et aussi la plus ancienne de notre culture. Les rues, sont bondés, la fête est dans l'aire mais ce n'est pas pour autant que nous avons le sourire au lèvres et pourtant. Nous faisons style en vérité. Lui comme moi ne sommes vraiment pas en forme et malgré les salutations aux uns et aux autres, j'ai l'impression qu'on devine mes sourires un peu forcer part politesse. Une fois nos achats en poche, nous rentrons et commençons à décorer mon modeste appartement ainsi que faire l'autel. Nous mettons vraiment un gros point d'honneur à respecter le rituel. Mon aimé est au bord des larmes. Nous commençons le rituel avec ferveur. Moi aussi, j'ai les larmes qui coulent toutes seules, mais c'est mon amour qui commence à franchement pleurer. Et je finit par l'accompagner.


— Mon fils… Tu me manques tellement… J’aurais tant voulu dans mes bras pour te serrer contre moi. Te montrer tout mon amour pour toi et ta mère. À la place, je te pleure pour l’éternité…


J'ai le cœur au bord des lèvres. J'éclate en sanglots avec lui et nous pleurons dans les bras l'un de l'autre. Il est malheureux, mais je suis si malheureuse aussi. Je m'en veux de l'avoir abandonné, d'avoir abandonné mon fils ! Même si je croyais bien faire.. Le protéger. Non rien à faire.. Pourquoi a-t-il fallu que je croise la route de ce monstre ? Je sentais bien que mon aimé aussi se sentait coupable de ne pas avoir su le protéger, mais je n'avais pas le courage ! Pas le courage de lui dire que c'était ma faute et pas de la sienne ! Quand il est parti vomir je restais là à ressasser mes idées noires et mangeais une petite tablette de chocolat sans rien dire. Je fis style que je venais juste de la sortir quand il revint et que je lui en proposais un morceau pour lui faire un peu de bien. Quand le soir approcha, nous commencions à nous préparer et à faire nos catrina. J'avais gardé mes apparats de déesse lunaire et je décidais de faire comme mon époux en plus de me dessiner une tête-de-mort stylée sur le visage.

- Chérie franchement, tu devrais mettre un caleçon, tu ne crois pas ?
Il éclat donc de rire

— Cette tenue n'en possède pas à la base mon ange, il faut être authentique ! Je ne suis pas un exhibitionniste non plus. Mon intimité ne risque pas d'être vu. Je n'ai pas envie de finir en prison.

J'eus un petit rire.

- Allons chéri, je n'ai jamais dit ça, je m'en doute bien.


Quand nous fûmes enfin prêts, nous sortîmes pour nous rendre dans le quartier mexicain afin d’assister aux festivités du soir. Pour un début novembre il faisait plutôt doux. Les braseros et l'agitation y étaient sûrement pour quelque chose. Nous étions le seul jour de l'année ou nous pouvions sortir comme si nous étions en des temps reculer et que tout le monde savait que nous étions des dieux. Alors que nous marchions tous les deux dans la rue l'un contre l'autre, mon cœur manqua un battement quand je reconnu au loin quelqu'un qui m'était très familier... Et pas des moindre encore en prime. Ce n'était pas ce chien galeux d'Itzamna. Non ! Mais c'était peut-être la deuxième personne que je n'aurais pas forcément aimé rencontrer aujourd'hui. Lui part contre sous mon costume, il ne me reconnaissait pas, ou du moins, je l'espérais.. Mais c'était peine perdue. Nous les dieux avions cette fâcheuse tendance à nous reconnaître quand nous nous rencontrions. Et cette rencontre ne fit pas exception !
:copyright:️ 2981 12289 0
Chak Chel
Chak Chel
Déesse Lunaire Maya
Déesse au deux Visages
Messages : 81
Date d'inscription : 19/08/2019
Sam 14 Sep - 6:18
Revenir en haut Aller en bas
Zeus

LIFE IS CRUEL AND INJUST
I could have done this quick, but I wanted to enjoy it. That moment when the soul leaves the body. It's beautiful.
Mes yeux bleus scrutaient le plafond sans réelle motivation. Je ne sais pas pour quelle raison, je n’avais pas envie de me lever. J’aurais préféré faire la grâce mâtinée étant donné que nous sommes un jour férié. Férié ! Je ne sais pas pour quelle raison. Je pense bien que mon secrétaire m’avait laissé un mot à propos de ça. Un secrétaire ! Oui, c’est Héra qui m’a poussé à ne pas avoir de femme proche de moi. Sous prétexte que j’avais du mal à contrôler ma libido. N’importe quoi. Qu’à cela ne tienne, il existe plusieurs femmes qui travaillaient dans mon cabinet. En parlant de ma femme, elle se tenait à mes côtés. Dormant à point fermé. Je ne m’en lassais pas de scruter son corps de déesse. Heureusement que le poids du temps n’avait pas d’emprise sur elle. N’oublions pas que c’est une veille grand-mère avec une beauté insolente. La pièce baignait dans un silence de mort, seule la brise d’air qui s’échappait à travers les rideaux, vint caresser nos fronts. Je glissais une dernière fois mes doigts entre ses cheveux avant de pouvoir quitter le lit.

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, je ne cesse de le répéter à mes collaborateurs. Comme chaque matin, je faisais un jogging non loin de ma résidence, entouré par mes gardes du corps. J’avais pourtant insisté auprès de mon épouse, que je n’avais pas besoin de faire du sport. Je fus un grand athlète ainsi qu’un grand guerrier. J’ai engendré des champions, tel que Hercule, qui m’ont fait honneur durant les premiers Jeux olympiques. Je suis l’image même du sport dans le sens le plus pur. Elle souhaitait que nous adoptions une vie semblable au mortel. Depuis que nous sommes descendus de l’olympe, je n’arrêtais pas de faire des concessions. J’ose espérer qu’un jour, qu’elle acceptera d’en faire de même.

Après une bonne douche, je scrutais le regard vide, ma tasse de thé. L’un de nos domestiques m’informa que la reine des emmerdeuses était à la douche. Vous vous doutiez bien qu’il n’eût pas utilisé cette expression. Sinon je l’aurais foudroyé sur place. Je me remémorais l’espace d’un instant la nuit passée avec Héra. Elle avait beau avoir un caractère de cochon, mais cette femme avait un sacré savoir-faire. Je vous épargnerai les détails. Un bruit de pas se fit entendre derrière moi. Je posais mes yeux sur la créature vêtu d’un peignoir blanc, qui me faisait à présent face. Héra me souhaita bonjour avec froideur. Comme à son habitude, elle s’était levée du pied gauche. Ne retrouvant plus son sèche-cheveux, elle rentra dans une colère noire. Dans l’une de ses crises, elle l’avait bousillé et ne s’en rappelait plus. J’ai dû la calmer en lui indiquant où se trouvait ce que je lui avais déniché la veille. Au lieu d’un merci chéri, elle me mise en garde.

-J’espère que ce n’était pas un des cadeaux que tu avais fait à tes maîtresses, crachait elle.

Elle quitta la pièce sans autre forme de procès. Je profitais de cette occasion pour aller prendre de l’air. Au sens littéral du terme. C’est sous la forme d’un aigle que je surplombais la ville toute la journée. Je fus attiré par une ambiance festive dans le quartier mexicain. Le regard surpris, je me rappelais qu’il s’agissait de la fête des morts aujourd’hui. Souhaitant me mêler à la foule, je redescendis pour ensuite reprendre forme humaine. Pas n’importe laquelle. Je ressemblais à un jeune Mexicain, mignon habillé en costume de faucheuse et visage recouvert de peinture donnant l'impression que j'avais un crâne sur mon visage. Histoire d’être dans le thème. Ça fait longtemps que je n’avais pas pris cette forme. Beinh quoi ? Vous n’y allez pas tout même penser, que je me présenterai au milieu de la foule avec ma vraie apparence. Un gouverneur cela ne passe pas inaperçu. Malheureusement, je tombais nez à nez avec l’unique personne qui ne pouvait que reconnaître ce visage. Un sourire maladroit déforma mon visage.

-Comment vas-tu ? Dis-je sans pour autant me rappeler de son nom. Mais je n’oubliais pas la nuit passé à ses côtés.
code by bat'phanie
[/b]
Zeus
Zeus
New
Messages : 25
Date d'inscription : 17/08/2019
Lun 7 Oct - 23:06
Revenir en haut Aller en bas
Kukulcán
Future World Music - MartyrclickChak Chel & Zeus
Kukulcán
« A strange meeting here... »Je me promène dans les rues avec ma bien-aimée qui me tient le bras. Appuyé l’un contre l’autre. Nous ne parlons pas vraiment. Nous nous contentons de nous mêler à la foule et de regarder les alentours.

Il est vrai qu’il ne fait pas spécialement froid et non, ce n’est pas mes bijoux de famille qui vont dire le contraire. Je suis tout de même nerveux en plus d'être très mal… Même si je ne le montre pas forcément. Il est difficile de deviner l’expression de mon visage derrière ce masque de cérémonie.

Oui, j’avoue que j’ai peur de voir Itzamna débarquer à tout moment. Se faire porter sur un trône pour bien se faire remarquer de tous. Et dire « Je suis votre Dieu » vénéré moi en ce jour maudit… Il en serait capable ce crétin… Et provoquer une nouvelle bagarre avec ma bien-aimée et moi. Oui, c’est ce qui est recherché. Prions pour qu’il soit ivre et qu’il ne pointe pas le bout de son nez.

Mais, il y a aussi une autre personne qui doit certainement être parmi la foule : Xquic. C’est en quelque sorte son jour aujourd’hui. La seule fois de l’année où la mort est vénérée en même temps que Kukulcán. Cela renforce nos liens, si je puis dire. C’est étrange, je ne l’ai pas encore croisée. Mais, à mon avis. Elle ne doit pas être bien loin à cause de la menace d’Itzamna. Et qu’en ce jour, ce maudit dieu nous attend de pied ferme !

Alors que nous marchons dans les ruelles, ma bien-aimée semble d’un coup mal à l’aise. Sur le qui-vive, je regarde autour de moi. Ne me dites pas que ce bon à rien nous a retrouvés. Ouf, c’est une fausse alerte. Je pousse un ouf discret de soulagement. Je ne suis pas d’humeur à me battre. C’est autre chose qui fait que Chak Chel semble « agitée ». Regardant d’un peu plus près. C’est un homme, enfin… Une autre divinité la cause. C’est la première fois que je le croise. J’ignore son identité.

Leur échange donne l’impression que c’est forcé ou crispé. Je tourne la tête vers ma bien-aimée. En tout cas, ils ont l’air de se connaître tous les deux. Cela m’intrigue. Je me doute bien que Chak Chel a dû rencontrer d’autres Dieux durant ses millénaires loin de moi. C’est comme moi. J’ai rencontré d’autres Déesses sans pour autant me jeter dans les bras de la première venue.

Par politesse et respect, je m’incline légèrement pour le saluer. Heureusement, ma coiffe reste sur ma tête. Je me redresse et continue de regarder celle que j’aime. Fronçant les sourcils, je décide de me présenter.

Bonsoir à vous. Je ne pense pas vous avoir déjà rencontré. Je suis Pedro Dominguez. Ma bien-aimée, qui est cet homme que tu sembles connaître ?  

Vous vous doutez bien que je ne vais pas me nommer par mon vrai prénom en présence de mortels. Chak Chel nous regarde tous les deux. Je retire mon masque pendant quelques minutes. Laissant mon maquillage facial apparaître. J’ai décidé de laisser pousser ma barbe moustache. Cela me donne un air plus sombre que l’accoutumé. Et ce malgré le traitement que ma chérie me donne à l’hôpital.

Je tiens ma coiffe dans mon bras gauche. Cette divinité en face de moi, ne semble pas être de notre panthéon. Ce n’est pas ce crétin d’Itzamna, c’est certain. Je ne l’ai jamais croisé à Chichén Itzá, s’il est bien Maya ou Aztèque. Je remet sur ma tête ma coiffe et observe discrètement Chak Chel sans rien dire. Je me contente de me frotter ma barbe moustache.

Life is cruel and unjust ... [PV Chak Chel & Zeus] HP1thd6

:copyright:? 2981 12289 0
Kukulcán
Kukulcán
DIEU DE LA CRÉATION & LA DESTRUCTION
« A cham mi. Ni tz'ay! »
Messages : 88
Date d'inscription : 06/08/2019
Age : 33
Ven 11 Oct - 0:06
Revenir en haut Aller en bas
Chak Chel
CruelI'm lost in this human world. I'm lost n my own pain, my own flech... LIFE IS CRUEL AND UNFAIR!Je restais là, sans rien dire pendant qu'il s'approchait de nous. Même sous mon maquillage de catrina, ce dieu qui nous faisait face et que je ne connaissais que trop bien, m'avais bel et bien reconnu ! C'était Zeus dieu du Panthéon gréco-romain, mais aussi roi de l'olympe, manipulateur de la foudre et surtout réputer pour ces nombreuses conquêtes féminines. Je répondis alors très poliment.

- Bonsoir, je... Vais bien merci...

- Bonsoir à vous. Je ne pense pas vous avoir déjà rencontré. Je suis Pedro Dominguez. Ma bien-aimée, qui est cet homme que tu sembles connaître ?

- Heu et bien je..
.


Comment il s'appelait au juste dans le monde des humains celui-là ? Je n'en avais pas la moindre idée. Je me sentais bloqué comme pas possible à ne pas savoir quoi répondre à mon bien-aimé. Comment aurais-je pu ? J'étais incapable de dire quoique ce soit en vérité. J'espérais qu'il se présentât lui-même. Il le fallait sinon j'allais tomber dans les pommes.

Des flashes s'insinuèrent à moi. Une nuit sans pareil. Une nuit, où j'avais totalement oublié le soleil de ma vie. Je me secouais la tête. Et mon aimé qui attendait une réponse. Je replongeais totalement dans mon passé aventureux. C'était bien avant de rencontrer Nyx qui est de son panthéon. Je crois me souvenir que c'est d'ailleurs le tout premier autre dieu que j'ai pu rencontrer de ma vie. Il se fait souvent passer pour un humain. Il est d’ailleurs très à l'aise dans ce genre de chose, je trouve. J'avoue que j'ai un peu copier sur lui pour me fondre dans la masse. Cependant, c'est bien la seule chose qu'il m'ait inspirée. Ça et... Ho non ! Je n'ai pas envie d'y penser maintenant ! Je ne pouvais m'empêcher de fuir le regard interrogateur de Kukulcan et aussi de notre opportun qui se trouvait en face de moi, à me déshabiller du regard. Je ne sais pas pourquoi, mais j'étais sûr qu'il se remémorait aussi cette nuit. Donc oui, il me connaissait... Sans vêtements ! Je rougis à cette idée.

Je venais de partir du Yucatan en décidant de voir le monde. Je me disais que ce serais mieux que mon cher amour, m'oublie une bonne fois pour toute. J'étais malheureusement loin d'imaginer que ce monstre d'Itzamna lui ferait énormément de mal à cause de mon départ. J'avais besoin de penser à autre chose. Mais je venais aussi de perdre mon fils et je n'étais absolument pas moi-même. Je m'étais disputée avec Kukulcan et mon coté Ix Chell s'était fait ressortir. Je sais que ce n'est pas vraiment une excuse. Cependant, quand je suis comme ça mes pires défauts se font voir. Je fais parfois n'importe quoi. Et c'est donc, dans cet état que j'ai rencontré Zeus. Charmant, charmeur! Il a eut tôt fait de me séduire et voilà. Une nuit torride s'en était suivi sans que je m'en rende vraiment compte. Cela n'a été qu'une seule nuit, mais je m'en souviens encore !

Que vais-je donc bien pouvoir dire à mon aimé ? Voici Zeus, mon ancien amant ? J'avais envie de fuir très loin. Je sentais cette pression en moi, monté comme si un volcan voulait sortir. Et ces yeux noisettes croisèrent les miens. Je tremblais et je ne m'en rendais absolument pas compte. Je décidais donc de dire quelque chose. Enfin, balbutier serait plus correct.


- Et bien, c'est... heu.. Un a... nanami.. Heu.. Un ami...
:copyright:️ 2981 12289 0
Chak Chel
Chak Chel
Déesse Lunaire Maya
Déesse au deux Visages
Messages : 81
Date d'inscription : 19/08/2019
Jeu 17 Oct - 3:38
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: